lundi 21 août 2017

Température du jour à Arvida (21 août 2017)


De fortes et désagréables odeurs corporelles

Henry VIII d'Angleterre n'a jamais pu consommer son mariage avec cette princesse de Clèves, qui n'est pas celle de Madame de La Fayette.
Elle avait de fortes et désagréables odeurs corporelles, dit-on, de celles qui déplaisaient au roi et lui enlevaient ses moyens.
Tout le monde avait de telles odeurs, à l'époque, en Occident, mais la plupart passaient inaperçues tant on y était habitué : Anne de Clèves avait de fortes odeurs inhabituelles, faut-il comprendre.
Le mariage royal fut donc annulé sans opposition ni du roi, ni de la princesse, et celle-ci, richement dotée et logée, resta en Angleterre jusqu'à sa mort, non sans avoir survécu aux deux femmes qui la suivirent dans le lit de l'ogre Tudor, et à l'ogre lui-même.

L'éclipse d'aujourd'hui aux USA annonce-t-elle un malheur (ou un bonheur, cela dépend du point de vue) ?

Les Anciens croyaient qu'une éclipse complète du soleil annonçait des malheurs aux dirigeants des pays où elle était visible.
En février 1979, celle qui a eu lieu au-dessus des USA a, par exemple, annoncé, selon certains, la défaite du président Jimmy Carter et la victoire de Ronald Reagan, l'année suivante.
Deux malheurs plutôt qu'un, Ronald Reagan étant à l'origine de la crise économique de 2008 à cause de la dérèglementation du fonctionnement des banques et autres institutions financières et boursières qu'il a effectuée (opération continuée, plus tard, par Bill Clinton, entre deux actes sexuels niés).
L'éclipse qui aura lieu aujourd'hui annonce-t-elle la fin de la présidence Trump et le début de celle de Mike Pence, un bonheur, un malheur ?

Ibis arc-en-ciel

C'est un ibis à face blanche.
Il a effectivement une face blanche mais ce n'est pas le nom que je lui aurais donné si j'avais eu la possibilité de lui donner un nom.
Et sa face n'est, certes, pas la raison pour laquelle je vous le présente, que je vous laisse deviner.
C'est un échassier du Nouveau Continent !
En voici une autre photo :

Quelles couleurs, ne trouvez-vous pas ?
« Ibis arc-en-ciel » vous semble-t-il un nom plus raisonnable ?

samedi 19 août 2017

Température du jour à Arvida (19 août 2017)


Le diable inventé pour « discipliner le peuple »

Un sujet d'actualité, dans « Books », hier (ici) : le diable, dont le pape actuel vient pourtant de nier l'existence.
Voici ce qu'on en dit :

[L]es mots diabolisation et surtout dédiabolisation ont été fréquemment employés pendant [la] campagne présidentielle [française]. Satan n’en demandait pas tant, lui qui perd en influence depuis des siècles. La crainte du diable a en effet atteint son sommet au début de l’époque moderne. Dans sa nouvelle biographie de Belzébuth « Le diable et ses anges », l’éminent historien de philosophie médiévale, Kurt Flasch rappelle que les grandes chasses aux sorcières, ces femmes censées être possédées par le diable, datent des XVIe et XVIIe siècles. Ces traques étaient une autre version des procès en hérésie. L’Eglise leur reprochait en fait moins de vénérer le diable, que de ne pas aimer dieu. Car le diable est une invention totalement chrétienne, souligne Flasch.
Son personnage ne s’impose vraiment que dans le Nouveau Testament. Dans les écrits précédents, il n’est pas réellement présent. Il n’est pas le serpent du péché originel. Il n’est pas l’ « Adversaire » de Job, qui est présenté comme l’un des fils de dieu, un instrument destiné à éprouver Job. Les livres d’Amos et d’Isaïe réfutent totalement son existence. Alors pourquoi prend-il tant d’importance par la suite ? Car il est très utile. Selon Flasch, l’élite spirituelle l’emploie dans un but bien précis : discipliner le peuple.


En réalité, ce sont les religions mêmes qu'on a inventées pour « discipliner le peuple ». 
On sait maintenant que les religions, qui ont inventé le diable, sont, en réalité, un autre visage du diable !
Le diable en est une « mise en abyme » par elles-mêmes ! 
Une invention qui constitue, évidemment, un aveu involontaire !

Perfection et beauté

Corollaire : tout ce qui est parfait donne la nausée !

vendredi 18 août 2017

Température du jour à Arvida (18 août 2017)


Le Crucifié de Botero

Une œuvre profonde de Botero !
Un Jésus-Christ crucifié dont la taille est plus appropriée aux prélats et fidèles actuels des églises qui le réclament comme fondateur.
Et ce n’est pas que de goinfrerie (ou gourmandise, selon le vocabulaire canonique) que ce crucifié,  ces prélats et fidèles souffrent, mais de la plus crasse cupidité !

Comme tous les autres riches que vous connaissez !

Les prétendus « self-made-mans » n'existent pas

Je ne sais pas vraiment qui est Don Marquis (il a certainement des Francophones de la Nouvelle-France parmi ses ancêtres) mais je sais, par Wikipédia, qu'il est un très sympathique écrivain et humoriste étasunien (voyez ici), mort dans les années trente du 20e siècle.
Ainsi, il est d'autant plus crédible quand il déboulonne un mythe étasunien, celui du « self-made-man », en laissant entendre que celui qui est devenu riche par un travail acharné l'est devenu, en réalité, par le travail acharné de quelqu'un d'autre (voire de plusieurs autres).
Nul n'arrive à un quelconque sommet par ses seuls moyens : les prétendus « self-made-mans » n'existent pas !